Accueil > Programmes> Burundi> Témoignages > Avril 2010, Animations communales à Kayokwe

Avril 2010, Animations communales à Kayokwe

Cyprien Siyomvo, chargé d’action animation


Quand le sort semble s’acharner sur le déroulement d’une projection de la pièce «  Burundi, simba imanga (Burundi, passe le précipice) »

Commune Kayokwe, province Mwaro, vendredi 16 avril 2010. Il est 8 heures 30mn, les personnes conviées à la projection de la pièce « Burundi, simba Imanga » et au groupe de paroles qui suivra la projection sont toutes au rendez-vous.

Cette action s’inscrit dans le cadre de l’activité « animations communales » initiée par RCN Justice & Démocratie depuis 2009.

L’activité consiste à organiser des échanges sur le conflit burundais et ses voies de transformation.

Une ultime vérification du matériel de projection et opérée ; tout semble se dérouler à merveille : les animateurs sont prêts, les invités sont là, l’équipe de RCN Justice & Démocratie est déjà sur place et jour de chance, il n’y a pas de délestage, la localité est donc alimentée en courant électrique.

Nous sommes-nous réjouis trop vite ? Eh oui, lorsque l’on s’apprête à lancer la projection de la pièce, une panne de courant électrique survient, au grand dam de toutes les personnes présentes.
Que faire dans pareille situation ? L’unique alternative possible est de louer un groupe électrogène. On commence alors à réfléchir, à se demander où trouver ce type d’équipement. Après un moment de discussions, un des participants finit par nous dire qu’il n’y a qu’un seul groupe dans la localité appartenant à un salon de coiffure.

Dieudonné, l’un des animateurs communaux, prend son téléphone et appelle le propriétaire du groupe électrogène. En moins de 2 minutes l’affaire est conclue : le matériel est mis à notre disposition et le salon de coiffure devra attendre la fin de la projection pour reprendre ses activités.

Une vingtaine de minutes (qui nous ont paru être une éternité, tellement tout le monde désespérait) auront été nécessaires au technicien pour démarrer le groupe. Enfin, la projection débute. Tout le monde, soulagé et satisfait, suit la pièce avec une grande attention.

Mais c’était sans compter sur le sort qui semblait s’acharner sur nous ! Après une demi-heure, le groupe, décidément très capricieux, tombe en panne ! Et de rappeler le technicien qui, malgré tout son savoir et les supplications du public brûlant d’impatience de poursuivre la pièce, ne parvint pas à faire démarrer le groupe.

Que faire ? Le courant électrique ne veut pas revenir, le seul groupe de la localité est en panne, tout le monde est découragé, désarmé mais cependant personne ne veut abandonner et rentrer ; c’est à croire que chacun dans son for intérieur espérait, croyait à un miracle… Et le miracle fut !!!!!

En effet, alors que l’on commençait à désespérer, le courant revint, un tonnerre d’applaudissements l’accueillit et comme de petits écoliers, les participants regagnèrent presque en courant leur place, pour assister au reste de la projection, qui se déroula jusqu’au bout sans autre embûche.

Notre prière finira par être exaucée car il n’y aura plus d’autres désagréments ce jour-là. Eh oui, nous avons passé le précipice !