Accueil > Programmes> Europe> Historique de notre programme > Projet 2014-2016 "Transmettre la mémoire des crimes internationaux pour (...)

Projet 2014-2016 "Transmettre la mémoire des crimes internationaux pour éveiller la conscience citoyenne"


Le projet « Transmettre la mémoire des crimes internationaux pour éveiller la conscience citoyenne » s’étend sur deux ans. Financé par la Direction Générale pour le Développement du Ministère des Affaires Etrangères du Royaume de Belgique (DGD), il s’inscrit dans la continuité des actions d’éducation mémorielle et de prévention des conflits mises en œuvre par RCN J&D.

Le projet 2014-2016 a pour objectif d’échanger et d’ouvrir la réflexion sur la thématique et les enjeux de la transmission de la mémoire des crimes internationaux contemporains, avec le public belge et les acteurs de la société civile concernés.

Le présent projet s’article autour de deux résultats et est destiné à :

- Aux jeunes belges y inclus les jeunes issus des diasporas des Grands-Lacs) ;
- Aux enseignants du secondaire, professeurs d’universités et animateurs associatifs ;
- Aux organisations de transmission de la mémoire et de prévention des crimes internationaux.

Résultat 1 : Des espaces de réflexion et de dialogue sur la prévention des crimes internationaux contemporains et les enjeux du vivre-ensemble sont organisés.

Sur base de la série radiophonique « Si c’est là, c’est ici » réunissant la parole de personnes ayant vécues des crimes de masse (certains comme victimes d’autres comme auteurs de crimes), des animations sont organisées dans les écoles secondaires mais aussi auprès d’un public plus averti (membres d’associations, jeunes issus de la diaspora, étudiants). Ces animations proposent d’explorer la réalité des crises meurtrières contemporaines et de mettre en débat les enjeux humains et universels que ces crimes posent « là-bas » et « ici ».
Par ce projet, RCN J&D propose d’étendre ses interventions au public néerlandophone

Principales activités

- Production des supports radiophoniques en néerlandais pour l’utilisation pédagogique
- Organisation de 50 animations dans les écoles secondaires
- Organisation de 20 animations avec un public averti

Résultat 2 : Les acteurs belges actifs dans la transmission de la mémoire et la prévention des crimes internationaux contemporains se connaissent, travaillent en complémentarité et communiquent.

Pour atteindre le résultat 2, RCN J&D propose d’engager une série de rencontres et d’activités entre les acteurs de la transmission de la mémoire et de la prévention des conflits, pour valoriser les expériences acquises, renforcer la complémentarité de nos actions et en accroître la portée pédagogique. L’organisation de ces rencontres est motivée par les constats suivants :

- Le travail mémoriel peut être un outil de prévention et de gestion de conflits. Mais l’absence de ce travail ou l’utilisation de la mémoire à des fins partisanes peut également nourrir et aggraver les tensions ;
- Le traitement de la mémoire de crimes qui touchent à des conflits récents, voire à des conflits contemporains, nécessite de la prudence et une sensibilité particulière.
L’expertise acquise par les acteurs de la prévention des conflits est donc cruciale pour les acteurs de la mémoire afin d’éviter l’apparition ou le renforcement des tensions.

Principales activités

- Capitalisation des leçons apprises par les structures actives dans la transmission de la mémoire et la prévention des crimes ;
- Création de supports de communication sur les enjeux de transmission de la mémoire et la prévention des crimes internationaux.

Organisations impliquées dans l’action

- Croix-Rouge de Belgique ;
- Commission Justice & Paix ;
- Coordination Nationale d’Action pour la Paix et la Démocratie (CNAPD) ;
- Cellule Démocratie ou Barbarie/Conseil de transmission de la mémoire ;
- Kazerne Dossin
- Les « Territoires de la mémoire »
- Le Centre Communautaire Laïc Juif
- Le Groupe de recherche et d’information sur la Paix et la sécurité (GRIP).