Programme 2013-2015 « Projet d’appui aux organisations paysannes pour un développement durable de l’agriculture »


Le 24 décembre 2011, le Président de la République démocratique du Congo a promulgué la loi portant sur les principes fondamentaux relatifs à l’agriculture. Mi-2013, le gouvernement a également mis en place une Commission nationale de la réforme foncière (CONAREF) qui marque le début d’un processus de réforme de fond de la gestion foncière en RDC.

Parallèlement, RCN a rejoint en 2012 l’Alliance AgriCongo, composée d’organisations belges actives dans le développement rural. L’Alliance développe des projets de « Synergies et complémentarités » qui portent sur l’appui au plaidoyer et à la structuration paysanne provinciale et nationale en RDC.

C’est dans ce contexte que RCN a démarré début 2013 un projet de soutien au mouvement paysan pour renforcer les connaissances et capacités des organisations paysannes, et les aider à mener leur travail de plaidoyer dans le cadre de ces deux réformes. Notre projet et celui de l’Alliance AgriCongo s’inscrivent dans la complémentarité et se renforcent mutuellement.

L’objectif général du projet consiste à promouvoir l’agriculture paysanne comme moteur économique majeur en RDC. Plus spécifiquement, le projet vise à renforcer le rôle des organisations paysannes dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi des stratégies nationales de développement agricole et de sécurisation foncière des paysans sur leurs terres.

Le projet couvre les provinces du Bas-Congo, du Bandundu et du Kasaï Occidental, et œuvre également à un niveau national à Kinshasa. Ce projet bénéficie du financement de l’Union européenne.

Le projet s’articule autour de deux axes principaux :

D’une part, à travers ce projet, les capacités de participation citoyenne et les connaissances en droit des organisations paysannes seront améliorées.

Principales activités prévues :

    • Création d’un répertoire des organisations paysannes dans les zones cibles du projet ;
    • Appui à la structuration du mouvement paysan ;
    • Formations en techniques de participation citoyenne aux affaires publiques ;
    • Formation en droit foncier sur l’acquisition et la sécurisation des terres.

D’autre part, on espère que renforcées dans leurs capacités, les organisations paysannes seront en mesure de participer effectivement à la réforme agricole et mèneront des actions de plaidoyer pour la réforme de la loi foncière.

Principales activités prévues :

    • Soutien au plaidoyer national des organisations paysannes sur les réformes agricole et foncière à travers les cadres de concertation avec les autorités aux niveaux national, provincial et local ;
    • Promotion de la participation des femmes paysannes et des jeunes des milieux ruraux dans la concertation avec les autorités sur les réformes agricole et foncière ;
    • Concertation entre organisations paysannes et autorités locales pour la résolution de cas concrets de conflits fonciers portant sur des terres agricoles.